GoldenEye 007 : de Nintendo

goldeneye-007-n64-nintendo-retour

Ce jeu de tir à la première personne est sorti en France sur Nintendo 64 le 25 août 1997. Il permet de jouer jusqu’à 4 joueurs en écran splitté. Le jeu développé et édité par Nintendo et Rareware s’inspire du film de James Bond GoldenEye. Le titre pourvu d’un réalisme bluffant et des adversaires dotés d’une intelligence artificielle s’écoule à plus de 8 millions d’exemplaires. Il figure ainsi parmi les cent premiers jeux vidéo les plus vendus du monde.

Présentation de Goldeneye 007

Dans ce divertissement, le joueur se met dans la peau de James Bond, ce dernier empruntant les traits de ce grand personnage. Les missions à travers le jeu font revivre les moments forts et la trame du film. Le joueur aurait ainsi soit à infiltrer dans un endroit, à neutraliser les alarmes, à récupérer un objet, à prendre la fuite, à contacter une personne, à éliminer ou à poursuivre des hommes etc. Ici, James Bond lutte contre des criminels voulant prendre le contrôle du salellite Goldeneye. En général, le joueur est armé de walter PPK de Bond mais il peut toujours collectionner d’autres armes telles que la mitraillette, la grenade … ou un gilet pare-balles à l’issue du combat. Les ennemis sont ici très sensibles car ils réagissent au moindre bruit. Il faut ainsi faire preuve de prudence à travers les 20 missions du jeu. Les difficultés de ceux-ci sont réparties en niveau Agent, secret Agent, et 00-Agent. Quand on a fini le niveau le plus difficile, un nouveau mode 007 se fait voir. On retrouve 5 modes de jeu dans Goldeneye 007 en commençant par normal jusqu’à la licence to kill.

Critique du jeu Goldeneye 007

L’avantage de ce jeu d’arcade c’est qu’il n’est pas linéaire. On peut finir sa mission dans les sens qu’on le veut. Le plus du titre est évidemment son réalisme impressionnant mais aussi une qualité sonore irréprochable. Cela permet une immersion totale du joueur dans le divertissement. Les morts sont violentes, bestiales mais on ne trouve pas de sang. Et les cadavres disparaissent rapidement. On voit les ennemis qui suffoquent, se cognent la tête contre le mur, traînent au sol avant de tomber raides mortes. En outre, chaque niveau permet le tour de la carte et on peut retrouver la marque d’un endroit où on a logé une balle. Une performance technique qui dépasse de loin les jeux de sa génération. Côté jouabilité à la manette, Goldeneye 007 est précis et d’une ergonomie sans défaut. La fluidité du jeu est excellente. Toutefois, les personnages ont un corps anguleux mais on comprend ce défaut car le jeu date déjà. A part cela le mode multi-joueurs est très varié en contenu et le scénario n’est pas lassant. Le mode solo est aussi très abouti mais c’est le mode multi joueur qui a fait la popularité et la réussite de ce FPS. Concernant la prise en main et le système du jeu, il suffit de combiner le bouton C et le stick directionnel pour déplacer l’espion, pour choisir une autre arme on utilise le bouton A,  B pour recharger son arme et  la gâchette Z pour faire un tir. Pour conclure, les challenges ne manquent pas à travers les missions mettant en scène l’agent spécial britannique bien que le jeu n’offre pas une durée de vie plus longue que Perfect Dark.

presentation-nintendo-64-GoldenEye